1. Accueil
  2. La fondation
  3. Act
  4. Ile Rapa Nui

Act pour l'île Rapa Nui

Aidons l'île la plus isolée du monde à lutter contre la pollution plastique et à devenir autonome en énergie

L’histoire entre Rapa Nui et la Fondation Race for Water remonte à mai 2015, lors du passage de la première odyssée sur l’Île de Pâques avec comme objectif, à l’époque, de dresser un bilan précis de la pollution de nos océans par le plastique. Depuis ce passage et leur rencontre avec Mama Piru et Francis Picot qui se battent depuis des décennies contre la pollution plastique sur l’île, les équipes de la Fondation ont toujours gardé un contact régulier avec les autorités et responsables locaux afin de poursuivre la réflexion sur les solutions les plus adaptées aux problèmes et aux contraintes de l’île.

 

L’île de Pâques en bref

Située à plus de 3 600 km des côtes chiliennes, et plus de 4’000 km de Tahiti, cette île iconique fait partie des plus isolées au monde. Avec une superficie de 166 km2, elle accueille chaque année plus de 100 000 touristes et doit répondre aux besoins de près de 7 500 habitants.

Du fait de son isolement géographique, la gestion des déchets est complexe. En effet, chaque année se sont plus de 2 300 tonnes de déchets qui sont générés. Grâce au travail de Mama Piru et ses équipes, une partie des déchets recyclables est triée et stockée. Cependant seul 5% de ces déchets sont aujourd’hui expédiés au chili pour être recyclé. De plus, seulement 30% des déchets sont triés à la source ce qui signifie que la plus grande majorité est finalement enfui dans le dépotoir public qui n’est pas aux normes d’une décharge dite contrôlée. Et les prévisions de croissance de la production de déchets sont, comme partout dans le monde, exponentielles. A cela s’ajoute les 50 à 70 tonnes de déchets plastiques qui se déversent chaque année sur les côtes de l’île. En effet, l’Île Rapa Nui est située à la bordure du gyre Pacifique Sud. Une partie des déchets plastiques marins s’échouent donc là, en grande partie sous forme de microparticules, et pour certains après avoir voyagé de longues années.

La production énergétique est un autre défi pour l’île. Tous les ans, 4 000 tonnes de fioul sont importées par bateau du Chili. Le coût de production est donc important et les subventions se chiffrent en millions pour que la population puisse accéder à l’électricité à des prix abordables. Un modèle de production loin d’être durable que ce soit pour l’environnement ou pour l’économie locale.

    

Objectifs de Race for Water

Un projet d’EcoPark, porté par la Municipalité, est à l’étude depuis plusieurs années. Il vise à mettre en place un véritable centre de collecte, de tri et de valorisation des déchets de l’Ile. Nous souhaitons donc appuyer ce projet et commencer par intégrer la solution Biogreen® de pyrolyse à haute température. Cette dernière permettrait de générer environ 16% des besoins électriques de l’île de Pâques en traitant la plupart des déchets ménagers hors compost ainsi que la totalité des plastiques marins qui se déversent chaque jour sur les côtes. Cette solution Biogreen® pourrait également s’intégrer à terme dans une solution plus globale en matière d’autonomie énergétique pour Rapa Nui, au travers d’un projet ambitieux porté par la Blue Economy et entièrement basé sur les énergies renouvelables, qui s’inspire des technologies présentes à bord du navire ambassadeur Race for Water.

Le succès de ce projet démonstrateur sur l’île de Pâques montrera la voie à toutes les autres îles du monde qui font pour la plupart face aux mêmes défis.

Collaborations locales

Rapa Nui for Water

Samedi 8 septembre 2018 est né le comité Rapa Nui for Water. Ce dernier est le garant de nos différents engagements pris avec et pour la population locale. L’objectif de cette association est de poursuivre le travail de terrain effectué au cours de la deuxième escale de la Fondation sur Rapa Nui, en vue de l’implémentation de la technologie de valorisation énergétique des déchets ainsi que de technologies durables visant l’autonomie énergétique de l’île.

Parmi les membres fondateurs, nous retrouvons notamment Pathy Hucke Hucke, responsable de Rapa Nui Magic Visual une société de production audiovisuel pour la promotion de l’île de Pâques, Jérôme Amigues, un français installé et engagé pour l’ile depuis plusieurs années, ou encore Petero Hucke Atan qui a été professeur sur l’île de Pâques, véritable connaisseur de la culture ancestrale de Rapa nui et de la Polynésie.

 

 

Municipalité et gouvernement provincial

Avec l’approbation de la gouverneur, Madame Tarita Alaracon, un protocole d’accord a été signé entre la Fondation R4W et la Municipalité représentée par Monsieur Petero Edmunds, maire de Rapa Nui.

 

 

 

 

SASIPA

Signature d’un accord essentiel avec la société SASIPA, productrice de l’électricité sur l’île de Pâques pour opérer la Biogreen 300, représentée par la directrice de Luz Zasso et par Patricia Edmunds, membre du directoire. 

Marco Simeoni et les équipes de la Fondation Race for Water ont également effectué de nombreuses rencontres afin d’expliquer et présenter la Biogreen et ses bienfaits aux différentes organisations et institutions locales, notamment la CODEIPA (Commission de développement de l’Ile de Pâques) et le comité HONUI (Comité représentatif des 36 familles de l’île) qui soutiennent largement le programme Race for Water.

 

Gouvernement chilien

Le projet a également reçu le soutien du gouvernement chilien dont celui du Président Piñera venu en personne visiter le navire ambassadeur lors de l’escale à Valparaiso. Etaient également présents le Ministre de l’intérieur M. Chadwick, la Ministre de l’Environnement Mme Cubillos, Ministre de l’Economie M. Valente et la Ministre de l’Energie Mme Jimenez.

Retrouvrez la vidéo de notre escale sur l’île Rapa Nui