1. Accueil
  2. La fondation
  3. Learn
  4. Mission Chilienne
Mission scientifique

Mission chilienne en collaboration avec l'UCN et l'ESMOI

Mission des côtes chiliennes à Rapa Nui Island – du 29 juillet au 31 aout 2018

 

30 jours d’expédition scientifique ont été suivis entre Concepción et l’île de Pâques à bord du navire Race for Water pour compléter 3 différentes missions :

  • Mission 1 : Estimer l’abondance et la distribution spatiale des déchets flottants et des oiseaux marins,
  • Mission 2 : Estimer l’abondance des microplastiques en eau de surface,
  • Mission 3 : Réaliser une escale sur l’île de Sala y Gómez pour analyser l’impact des déchets plastiques sur les oiseaux marins

Cette expédition scientifique est une collaboration avec Dr. Martin Thiel, biologiste et docteur en océanographie à l’Université Catholique du Nord (UCN) au Chili et Dr. Guillermo Luna-Jorquera, co-directeur du ESMOI (Ecologia y Manejo Sustentable de Islas Oceanicas).

La mission à bord a été confiée à Diego Alonso Valverde Labarca, un scientifique chilien de l’UCN qui a rejoint notre équipage depuis Concepción jusqu’à l’île de Pâques.

Mission 1 : abondance des déchets flottants et des oiseaux marins en mer

Pour cette première mission, les déchets flottants en mer rencontrés ont été comptés depuis le pont du navire. 8 heures par jour sur 300 m de chaque côté du navire, Diego a mesuré les groupes d’oiseaux passants. Quatre espèces d’oiseaux ont été observées chaque jour : l’Albatros hurleur (Diomedea exulans), l’Albatros à sourcils noirs (Thalassarche melanophris), le Pétrel géant (Macronectes giganteus) et le Pétrel de De Filippi (Pterodroma defilippiana).

Toutes les informations obtenues seront mises en perspectives avec d’autres données telle que le courant, la concentration en phytoplancton, la température de l’eau de surface et d’autres variables. L’objectif étant de comprendre comment les oiseaux marins sont distribués et comment les déchets plastiques impactent leur distribution.

Mission 2 : abondance des microplastiques en eau de surface

Pour cette deuxième mission, l’abondance de microplastiques en eau de surface a été estimée en utilisant un filet AVANI. Le filet est utilisé pour collecter des microplastiques en eaux de surface, à une vitesse supérieure à 4 nœuds. À la fin de chaque trait, il est rincé entièrement pour que les particules restantes tombent dans le collecteur. Le contenu du collecteur est lui transféré dans de l’éthanol à 95% pour préserver les organismes qui ont colonisé les particules de plastiques récupérés. Les échantillons seront analysés à l’UCN à Coquimbo où les particules de plastiques seront triées par forme, taille et couleur. La densité en microplastiques obtenue, sera extrapolée à une zone donnée et comparée aux précédents résultats obtenus par Martin Thiel et son équipe dans le gyre du Pacifique sud-est (voir Thiel at al., 2018). Les organismes fixés sur les particules de plastique seront eux aussi analysés.

Mission 3 : escale sur l’île de Sala y Gómez

Pour la troisième mission une escale de 4h30 a été réalisée sur l’île de Sala y Gómez pour analyser l’impact des déchets plastiques sur les oiseaux marins nicheurs. Au total, 30 vieux nids de Frégate du Pacifique (Fregata minor) ont été collectés, photographiés et leur position GPS notée. D’autres nids d’oiseaux ont été photographiés s’ils contenaient du plastique.

Avec l’aide de l’équipage du Race for Water, 10 oiseaux morts ont été collectés pour analyser leurs contenus digestifs et déterminer la présence de plastique. Les espèces se nourrissant de poissons ne contenaient pas de plastique dans leurs estomacs. En revanche, toutes les espèces qui se nourrissent d’organismes marins flottants à la surface des océans (ici l’Océanite à gorge blanche et le Puffin fulligineux) avaient l’estomac remplit de plastique. Comparée à la taille de leur estomac, la quantité de plastique retrouvée est importante et bien plus forte que pour d’autres espèces d’oiseaux plus grands. Il est donc très probable que l’ingestion de ces plastiques est causée leur mort.

D’autres échantillons de plastique ont été prélevés sur les plages de l’île et autour des colonies d’oiseaux.

 

Témoignage de Diego Alonso Valverde Labarca, scientifique de l’Université Catholique du Nord (UCN)

« Ces prélèvements partiront avec moi de l’île de Pâques pour l’Université Catholique du Nord à Coquimbo où ils seront analysés en utilisant une loupe grossissante. Nous allons ainsi compter la quantité de particules obtenues pour chaque trait, puis, nous allons extrapoler la densité de ces micro-particules pour une zone donnée, grâce aux relevés des positions réalisées pour chaque trait, ainsi qu’à l’évaluation de la surface d’eau filtrée. Il est également possible que nous analysions les organismes présents sur le plastique. »

Pour plus d’information sur ces 3 missions, nous vous invitons à consulter les articles suivant sur notre blog de l’Odyssée Race for Water :

Clap de fin sur les missions scientifique de Diego Alonso Valverde Labarca.

Petit stop à Sala y Gomez, l’île aux oiseaux… 

Mission scientifique à bord de Race for Water 

Référence : 

Thiel M, Luna-Jorquera G, Álvarez-Varas R, Gallardo C, Hinojosa IA, Luna N, Miranda-Urbina D, Morales N, Ory N, Pacheco AS, Portflitt-Toro M and Zavalaga C (2018) Impacts of Marine Plastic Pollution From Continental Coasts to Subtropical Gyres—Fish, Seabirds, and Other Vertebrates in the SE Pacific. Front. Mar. Sci. 5:238. 

Partenaires de cette mission :