1. Accueil
  2. Actualités
  3. Après les grands travaux, détails des nouveautés !
Actualités
Fondation 20 janvier 2018

Après les grands travaux, détails des nouveautés !

 

Et c’est reparti ! Après plus de trois mois de travaux, révisions multiples et autres améliorations, le navire Race for Water est prêt au départ direction l’océan Pacifique ! Mais en fait, qu’est ce qui a changé à bord ?

« Le 10 décembre dernier, le navire a quitté le port pour se rendre au chantier naval IMM, où il a été sorti de l’eau grâce à une immense barge », explique Jean-Marc Normant, directeur technique et capitaine du navire. Rares sont les chantiers navals possédant de telles infrastructures et c’est bien pour cela que la Fondation a choisi Pointe-à-Pitre en guise d’escale technique. La barge, sorte de socle immergé sur lequel le navire vient se positionner, s’élève et permet ensuite de le sortir intégralement de l’eau. Une « mise à sec » en langage technique qui a permis aux équipes de vérifier les parties immergées des coques du navire, de les poncer puis de les repeindre. « Tout d’abord il faut rincer les coques avec de l’eau sous haute pression. Ensuite les poncer intégralement avant de les repeindre à l’antifouling, une peinture qui freine l’arrivée inéluctable d’algues », explique Jean-Marc. Avec une nouvelle peinture, la capacité de glisse des coques dans l’eau augmente. Un navire comme le Race for Water gagne jusqu’à 15% de vitesse avec des flotteurs propres et son autonomie se voit augmentée.


 Le navire Race for Water en câle sèche et les travaux sur les parties immergées des coques

« Pour la préparation à la peinture c’est Annelore, second capitaine, qui a majoritairement travaillé avec les équipes du chantier IMM », dit le directeur technique. Et d’ajouter : « Nous étions constamment trois membres de Race for Water sur place et avons bénéficié de l’aide précieuse de travailleurs du chantier ». En plus des travaux de peinture, les équipes ont démonté les hélices, vérifié les arbres d’hélice, autrement dit les tiges reliant les hélices aux moteurs électriques, en plus de réviser ces deux derniers.

Des moteurs aux hélices, tout a été révisé !

 

Basile Prime, l’ingénieur du bord, a quant à lui passé plusieurs semaines à configurer de nouveaux systèmes électroniques à bord. Résultat ? Un nouvel écran tactile de bord uniquement dédié à la gestion énergétique de l’hydrogène et couplé au tableau existant. Pour la sécurité des scientifiques et des plongeurs, une nouvelle échelle a été installée à l’arrière. Selon Jean-Marc il n’y a pas de doute, le navire est « Rutilant, prêt à partir en toute sécurité ! »

Concernant la technologie du kite, les équipes de Skysails embarquent à bord d’ici fin janvier, afin d’y apporter le modèle dernier cris du système de pilotage automatique du kite. Une nouvelle version élaborée à partir des données obtenues en mer lors de la traversée de l’Atlantique.

Une longue escale aura permis aux équipes de faire une révision complète du navire afin d’augmenter encore et toujours l’autonomie énergétique du navire.

Une remise à l’eau ensoleillée !

Vous avez apprécié cet article ? partagez-le !

Nos partenaires

Partenaire principal
Partenaires officiels