1. Accueil
  2. Escales
  3. CUBA
Escale
Cuba
La Havane
L'escale en quelques chiffres
3 troisième escale
100 scolaires reçus à bord
205 invités officiels
La Havane Juillet 2017

Escale sur l'île crocodile (Cuba)

Clap de fin sur l’escale de l’Odyssée Race for Water à Cuba ! Le navire 100% autonome a quitté le port de La Havane, mardi 8 août dernier, et fait désormais route vers la République Dominicaine. Rythmés par de nombreux temps forts – dont vous trouverez les résumés ci-dessous - ces 18 jours d’escale auront, une fois de plus, été vécues intensément par l’équipage, tout à la fois, attristé de constater la pollution dans les rues de La Havane et positif sur les échanges menés sur place. Confiants sur la continuité des discussions et sur la mise en place de solutions de gestion des déchets plastiques, Pascal Morizot (capitaine du Race for Water) et son équipe se dirigent actuellement vers Saint Domingue, qu’ils prévoient d’atteindre le 21 août.

Le navire Race for Water et son équipage sont arrivés jeudi 20 juillet à La Havane pour 18 jours d’escale cubaine. Parti le 7 juillet de Caroline Bay Marina, le navire à propulsion mixte solaire-hydrogène-kite aura mis 13 jours à la vitesse moyenne de 3,5 nœuds pour parcourir les 1 300 milles nautiques qui séparent les Bermudes de Cuba. Treize jours de navigation perturbés par la rencontre trop fréquente de déchets plastiques flottants à la surface de l’eau comme le racontent les membres d’équipage à peine débarqués de leur périple. Consciente de cette pollution plastique grandissante, la Fondation Race for Water s’est justement rendue sur l’île crocodile pour alerter, sensibiliser et agir sur ce fléau en échangeant un maximum avec les acteurs locaux du Waste Management et les jeunes générations. 

Séminaire à bord : « du déchet plastique à l’énergie »

Une trentaine d’experts cubains se sont joints à l’équipe de R4W pour aborder les thèmes de la pollution plastique des océans et de la transition énergétique. Chacun a pu découvrir le navire, démonstrateur du mix énergétique solaire-hydrogène-kite, et son exposition itinérante qui présente le rôle essentiel de l’océan et le défi que représente la pollution plastique. 

Scientifiques cubains et européens réunis pour étudier la pollution microplastique des océans

Depuis début août, les équipes scientifiques du NGI (Norges Geotekniske Institutt) et du CEAC (Centro de Estudios Ambientales de Cienfuegos) ont investi la plateforme « Race for Water » pour une série d’échantillonnage de microplastiques le long des côtes de La Havane. Cette campagne fait partie du projet Weather-Mic porté par le réseau européen JPI Oceans et dirigé par le Dr. Hans Peter Heinrich Arp. 

Rencontre avec les collecteurs de rue

Comme de nombreuses îles et villes côtières, Cuba n’est malheureusement pas épargnée par la pollution plastique notamment à cause du manque d’infrastructures et des décharges sauvages qui fleurissent un peu partout, souvent au bord de l’eau. Afin de remédier partiellement à ce problème des coopératives gouvernementales ont été constituées dans chaque ville afin d’inciter le ramassage informel de certains déchets recyclables. Aluminium, verre, papier sont collectés pour être recyclés. Côté plastique, seuls le PET et le PEHD semblent avoir des filières actuellement. De nombreux déchets plastiques sont donc laissés à l’abandon avec de grandes chances de terminer leur vie dans l’océan. Produire de l’électricité à partir des déchets plastiques, solution mise en avant par la Fondation, permettrait de réduire l’hémorragie et de préserver les fonds marins qui font la réputation de l’île. 

Vous avez apprécié cet article ? partagez-le !

Aidez-nous à combattre la pollution plastique des océans !

Faites un don et rejoignez l’un de nos programme
Nous soutenir

Nos partenaires

Partenaire principal
Partenaires officiels
Aidez nous à préserver les océans !
Vos dons sont indispensables pour pérenniser nos actions de sensibilisation et le déploiement de solutions contre la pollution plastique des océans