1. Accueil
  2. Escales
  3. Guadeloupe
Escale
Guadeloupe
Pointe-à-Pitre
L'escale en quelques chiffres
5 cinquième escale
790 scolaires reçus à bord
1885 invités officiels
Pointe-à-Pitre Septembre 2017 à Janvier 2018

Pointe-à-Pitre

Cinquième escale de l'Odyssée, la Guadeloupe a accueilli Race for Water de septembre 2017 à fin janvier 2018.

Parti de Lorient le 9 avril dernier pour un tour du monde de 5 ans au service de la pollution plastique des océans, le Race For Water, navire solaire-hydrogène 100% autonome, est arrivé en Guadeloupe le jeudi 21 septembre 2017 au Mémorial ACTe de Pointe-à-Pitre.

Chaleureusement accueilli par La Région, il y a fait une escale de 4 mois, la plus longue pour le catamaran Ambassadeur de la Fondation Race For Water.

Une arrivée quelque peu décalée sur le programme initial suite à l’adaptation de la route de navigation du navire en raison du passage du cyclone Maria.

Durant cette escale Guadeloupéenne, de nombreux temps forts autour de la problématique des déchets plastiques se sont déroulés : conférence, workshop, rencontres, visites scolaires et mission scientifique dans les eaux de l’archipel.

Moments choisis en images pour vivre cette escale :


EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Plus de 700 enfants sensibilisés lors de l'escale guadeloupéenne

Tandis que le soleil se lève à peine sur la Guadeloupe, Peter embarque caméra, trépied et appareil photo dans le coffre de la voiture. Une heure plus tard il arrive à St-François, sur la partie appelée Grande-Terre de l’île, afin de retrouver une classe tout à fait spéciale participant au programme Aire Marine Protégée. 

Des témoignages sur la trace laissée par Race for Water

En arrivant sur une île ou à terre, les équipes de la Race for Water Odyssée déploient leur énergie, sensibilisent les jeunes, reçoivent les acteurs locaux. Avec l’objectif premier d’ouvrir la discussion autour de la pollution plastique des océans, le rôle de ces escales est ensuite de promouvoir des solutions adaptées au contexte local afin d’empêcher les plastiques d’atteindre les océans. Mais une fois les amarres larguées, qu’en reste-t-il ? 

L’Atlantique en chiffres

Ce passage en Guadeloupe marquait la fin des escales en Atlantique ; quelques chiffres bilan:

1400 enfants à bord du navire, sensibilisés à la pollution plastique des océans
– Plus de 100 acteurs locaux (gouvernement, industriels et ONG) invités à bord
– 1000 personnes invitées à des conférences grand public organisées entre autres dans des universités
– 15 chercheurs de 6 nationalités différentes pour 3 projets internationaux
– 443 millions d’individus potentiellement impactés par la couverture médiatique

Merci à nos partenaires locaux qui ont oeuvré à nos côtés pour la bonne réussite de cette escale

EnregistrerEnregistrer

Vous avez apprécié cet article ? partagez-le !

Aidez-nous à combattre la pollution plastique des océans !

Faites un don et rejoignez l’un de nos programmes
Nous soutenir
Aidez nous à préserver les océans !
Vos dons sont indispensables pour pérenniser nos actions de sensibilisation et le déploiement de solutions contre la pollution plastique des océans