1. Accueil
  2. Actualités
  3. Du soleil, enfin !
Actualités
En direct du bord 12 février 2020

Du soleil, enfin !

Race for Water et son équipage mené par le capitaine François Martin, font route vers le Japon et l’île d’Ishigaki.

Depuis le départ de Hong Kong, la météo n’a pas été favorable avec un vent de face combiné à un courant parfois assez fort. Les vitesses de pointe ne dépassaient guère les 2 nœuds! Ajouté à cela le manque de soleil pour recharger les batteries… « Ces 3 derniers jours nous étions inquiets, scrutant l'évolution de la météo et notre vitesse » témoignait ce matin par mail Annabelle Boudinot, second capitaine.

« Sur un bateau solaire le manque de soleil a un effet encore plus prégnant sur l'humeur qu'en temps normal ! Mais, ça y est… Le soleil revient. Le vent s'est calmé et la mer s'est aplatie ! Enfin nos vitesses augmentent ! Quel bonheur de pouvoir allonger la foulée sans avoir un œil trop nerveux sur les batteries ! D'autant que nous sommes toujours pressés par le temps, à partir de dimanche le vent va revenir et soufflera très fort de nord, il faudra donc qu'à ce moment-là nous soyons à l'abri, si possible à Ishigaki. »

Le calme étant revenu, il est plus confortable de se mettre derrière un ordinateur… Les plumes se délient à bord de Race for Water ; Christelle nous a également envoyé des nouvelles, témoignant d’une pollution plastique omniprésente dans les eaux que le bateau traverse actuellement.

« Depuis notre départ de Hong Kong, la météo n’a pas été très clémente avec du vent et une mer de face ; mais nous nous y attendions…
Les veilles n’étaient pas de tout repos avec beaucoup de pêcheurs à éviter et de nombreux cargos et porte-conteneurs naviguant à une allure beaucoup plus rapide que la nôtre.
Mais aujourd’hui le soleil est là ! Nos batteries chargent et les sourires, la bonne humeur fleurissent de nouveau dans l’équipage.

Je suis de quart. Après l’euphorie des rayons de soleil, je déchante en voyant dans la veine de courant que nous traversons des déchets en masse…
Plusieurs fois pendant le quart, je suis obligée de dérouter le navire pour éviter des troncs d’arbres, des bouts, des fûts d’essence, des bouées … Et, au milieu de ces gros déchets, quantités incroyables de plus petits déchets, bouteilles en plastiques, en verre, morceaux de caisses en polystyrène, morceaux de filets de pêche, bâches et sacs en plastiques. 

Pendant ce temps deux frégates de l’armée chinoises, sans doute curieuses de voir notre navire solaire, en ont profité pour nous rejoindre et nous escorter pendant un temps. Ils nous laissent dans les filets d’un groupe de pêcheurs qui nous salue et continue leur pêche miraculeuse. 

Anne prend son quart et continue le slalom dans les déchets. Nous pouvons constater que le détroit de Taïwan est très impacté par la pollution plastique…

La fin de l’après-midi approche et là une multitude de dauphin vient nous saluer et jouer devant nos flotteurs !!! Par deux, par trois, ils s’approchent en sautant et viennent faire des tours autour des flotteurs.  On ne se lasse pas de ce spectacle…

Malgré la pollution plastique et les déchets il y a toujours de la vie et il faut se battre pour la conserver. »

 

 

Merci à Annabelle Boudinot et à Christelle Brigeot-Mathieu pour leurs textes. Copyright photos : Christelle Brigeot Mathieu

Vous avez apprécié cet article ? partagez-le !

Nos partenaires

Partenaire principal
Partenaires officiels